Créer un site internet
Psychothérapie 33

Blog

  • Connais-toi toi-même: en 7 étapes

    Méditer, parler, écouter, entendre, rêver, analyser, écrire, se promener, autant de stratégies à adopter au quotidien pour trouver en nous des ressources et des aptitudes à une vie plus calme, plus fluide et équilibrée, plus heureuse et surtout moins dépendante des circonstances extérieures.

     

     

     

    Méditation Guidée

    « Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. » (Ghandi)

     

    « Qu’avez-vous gagné en méditant ? – demande un élève de son maitre. - Rien ! Cependant, entendez ce que j’ai perdu : colère, anxiété, dépression, insécurité, peur de vieillir et de mourir. »

    La méditation est une pratique qui permet de cultiver et de développer certaines qualités humaines fondamentales, de la même façon que d'autres formes d'entrainement nous apprennent à lire, à jouer d'un instrument de musique ou à acquérir toute autre aptitude. C'est aussi en développant nos qualités intérieures que nous pouvons mieux aider les autres ; une valeur primordiale aujourd'hui dans nos sociétés. L'amour altruiste consiste à souhaiter que les autres soient heureux, de même que la compassion. Ils ne sont pas simplement de nobles sentiments, mais ils sont en harmonie avec la réalité de la vie. Par ailleurs, comme nous sommes tous interdépendants, nos bonheurs et nos malheurs sont liés à ceux des autres. Alors, découvrez et apprenez à méditer et cultiver l’amour et la compassion. Eveillez-vous !

    Expérience :

    La méditation permet l’éveil. Avant de me décider de m’aventurer sur le chemin de la guérison de l’âme, j’ai suivi des maitres pour développer l’énergie de la méditation en moi. Cette méthode donne, dans le réel, une sensation de vide et à la fois de plénitude. Sans analyser ce qui m’arrivait pendant une méditation, je comprenais que j’étais soudain remplie d’une énergie puissante et structurante. Depuis, je la convoque à chaque fois que je dois passer un obstacle et que je m’engage à accompagner une personne souffrante ou en recherche de solutions. Apprendre à méditer, c’est non seulement apprendre sur soi mais aussi connaitre et reconnaitre le monde.

     

     

    Rêves éveillés

    « Ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve. » (W. Shakespeare)

     

    Le rêve éveillé est une technique thérapeutique douce et puissante pour sortir de la souffrance d'un état dépressif, d'une difficulté affective ou professionnelle, d'une timidité, d'une dévalorisation de Soi, d'un sentiment de culpabilité. Il agit également sur les maladies psychosomatiques. Il permet de découvrir votre potentiel et votre énergie créatrice. Le rêve est la voie sacrée pour aller vers soi. Ayez l’attitude socratique de « connais-toi, toi-même » et ouvrez la voie ou la voix de votre inconscient par les rêves et leurs langages symboliques. Permettez-vous de vous connaitre.

    Expérience :

    Une jeune femme de 40 ans, souffrante d’insomnie, m’a demandé d’être suivie en consultation. Elle racontait que la nuit était extrêmement difficile car dès qu’elle s’endormait, elle se réveillait aussitôt en sursaut. Visiblement, elle était hantée par ses cauchemars et elle était terrorisée par l’idée que si elle fermait les yeux quelque chose qu’elle ne maitrisait pas lui ferait du mal. Pour pénétrer dans l’espace de ses rêves, je lui ai proposé de travailler avec la méthode des rêves éveillés. Durant des séances intenses et émouvantes, elle a réussi à dépasser ses peurs et vaincre les monstres de ses images mentales. Aujourd’hui elle dort bien et s’épanouie avec ses rêves éveillés. Faire l’expérience de ses rêves est important car nous pouvons aller au fond de nos manifestations psychiques et régler dans cet espace ce qui nous pose problème. En revanche, la plupart des personnes souffrantes d'insomnie ne peuvent accéder d’une manière rassurante et cohérente à cette dimension de leur psyché. Et, par ailleurs, nombreux sont ceux qui ne se rappellent pas de leur vie onirique.

     

     

    Contes pour mieux se connaitre

    « La Vie ne peut pas être contre vous car vous êtes la Vie Elle-même. Elle peut seulement sembler aller à l’encontre des projets de l’ego, qui sont rarement en harmonie avec la Vérité. » (Mooji)

     

    Les contes dévoilent les enseignements de notre inconscient par un chemin initiatique subtil et lumineux. Accédez à vos ressources inconscientes pour développer vos potentialités latentes, soignez votre enfant intérieur pour transformer vos schémas limitants, rencontrez votre sagesse pour éclairer votre chemin d'individuation, par les symboles des contes qui vous accompagnent depuis votre enfance tel un encrage auditif puissant. Rappelez-vous d’où vous venez et regardez où vous voulez aller. Devenez le héros de votre histoire de vie.

    Expérience :

    Un jour, une maman inquiète a fait appel à mes compétences de guérisseuse d’âme pour sa fille de 11 ans souffrante d’énurésie. Cet état d’être empoisonné la jeune fille et aussi son entourage. Nous avons travaillé durant quelques séances en compagnie des contes de fées et nous avons inventé un chemin avec les contes dévoilent les enseignements de notre inconscient par un chemin initiatique subtil et lumineux. Accédez à vos ressources inconscientes pour développer vos potentialités latentes, soignez votre enfant intérieur pour transformer vos schémas limitants, rencontrez votre sagesse pour éclairer votre chemin d'individuation, par les symboles des contes qui vous accompagnent depuis votre enfance tel un ancrage auditif puissant. Rappelez-vous d’où vous venez et regardez où vous voulez aller. Devenez le héros de votre histoire de vie.

     

     

    Ecriture intuitive

    « C’est au moment où je m’accepte tel qui je suis que je suis capable de changer. » (Paracelse)

     

    Les écritures sont des miroirs de nos expressions, de notre identité langagière, des guides de notre esprit. Ecrire d'une façon instinctive vous amène à lâcher votre égo et à entendre les cris de votre âme. Cette méthode analytique vous permet de vous découvrir vous-même. L’humain se distingue des autres êtres dans le monde par l’écriture. Cette volonté de marquer les pensées dans la matière lui permet de créer l’histoire et donner un sens à sa mémoire. Oubli, erreur, faute, répétition, dysharmonie, incohérence, gribouillage, absence,… autant d’éléments qui expriment nos blocages, nos impossibilités, nos manques, nos souffrances et aussi et surtout nos solutions cachées entre les lignes.

    Expérience :

    Lors de quelques séances, la personne en souffrance trouve les clefs de sa guérison temporelle en utilisant l’écriture instinctive. Il ne s’agit pas d’analyser d’une façon intellectuelle ce qui est écrit sur une feuille mais de pointer du doigt les paradoxes de l’esprit souffrant. Un jour, un jeune homme handicapé me parlait du fait qu’il était abandonné par sa mère et qu’il manquait d’amour maternel. D’après lui, il souffrait tellement de ce manque qu’il donnait énormément d’amour aux autres. A travers ses écritures, nous avons pu lire qu’il était surtout rempli de colère et que dans un tel contexte donner l’amour véritable n’était qu’une illusion. Sa souffrance venait du fait qu’il se cachait derrière cette illusion d’aimer sans jamais reconnaitre la colère que le rongeait. Depuis, il a retrouvé sa mère et ils ont pu discuter de comment et pourquoi les événements se sont déroulés aussi malencontreusement alors qu’il était encore enfant. Un pas de plus sur son chemin. Ce jeune homme peut reprendre confiance en ses sentiments et ses émotions et adopter les bonnes attitudes.

     

     

    Langages symboliques

    « Chacun des actes de nos vies peut contenir simplicité et précision et exprimer de la sorte une beauté et une dignité incommensurable. » (Chögyam Trungpa)

     

    Tout est langage et symbole, que cela soit exprimé d’une façon verbale ou non-verbale tel un dessin, un mouvement ou une posture. Le symbolique est de l’ordre de l’inconscient, celui des signifiants. Il concerne notre capacité de représentation. Il est lié à l’apprentissage des langages. Selon J. Lacan, le fait d’apprendre le langage nous coupe en quelque sorte du monde. Ainsi nait la réalité subjective en nous, nommée par l’individu en fonction de son degré de perception. Lacan structure la psyché en trois fonctions : réel, imaginaire, symbolique. Par exemple : « le père réel » = géniteur, « le père symbolique » = qui vaut comme fonction (rôle(s) qu'il remplit), « le père imaginaire » = à la limite du voulu.

    Cette méthode très puissante permet de se connaitre au plus profond de nos propres valeurs. Elle nous oblige à la sincérité et nous invite à la cohérence pour trouver la paix et la sérénité en nous.

    Expérience :

    En jouant avec les mots et les sens, j’ai répondu aux interrogations d’une femme mature. Le problème de cette femme était son âge, sa nouvelle vie avec un nouveau compagnon et son désir d’enfant avec lui. Elle se trouvait dans une souffrance où elle ne pouvait pas s’avouer son désir profond de l’enfant car cela n’était pas raisonnable. Tout au long de son analyse de son langage, elle me parlait d’un projet important avec son nouveau mari, soit construire un chalet. Mais le projet ne démarrait jamais. Cela la mettait dans une angoisse forte. Puis, je lui ai suggérée que si le « chalet » ne se faisait pas qu’elle prenne un « chat laid ». C’est ce qu’elle a fait, elle s’est pris un petit chat. Et enfin elle comprenait que son désir profond n’était pas un chalet mais un enfant avec son nouvel amour. Depuis, elle est très heureuse avec son petit chat et ne souffre plus de la tension entre son désir et sa raison.

     

    Génosociogramme

    « Exister est un fait. Vivre est un art. Entre exister et vivre, c’est le chemin. Le chemin, c’est la voie entre l’ignorance et la conaissance, la peur et l’amour. » (F. Lenoir)

     

    Le génosociogramme est une structure généalogique sur trois générations qui comprend certains faits de vie pour mettre en évidence les liens entre les enfants, parents et grands-parents. Il éclaire les événements répétitifs, les conflits relationnels et transgénérationnels, les accidents et leurs raisons. Cet outil est une première parole posée face aux non-dits, les secrets et les doutes. Nous avons tous un passé familial, des traumatismes hérités.

    Le but de cette méthode simple et efficace est de faire sortir de l’ombre votre inconscient et exprimer pour du bon ce qui ne va pas dans vos liens familiaux. Mais rompre la chaine des répétitions n’est pas si facile car nous sommes tous liés à une « loyauté invisible » à l’égard de notre famille quelle qu’elle soit. Le chemin est souvent très long et rempli d’obstacles émotionnels. Il se dessine avec les étapes de la colère, le déni, l’agitation, la déception, la découverte et l’acceptation. Découvrez en toute sincérité votre lien avec votre famille proche ou lointaine. Et donnez du sens à votre héritage pour en faire quelque chose qui vous replace dans la cohérence entre ce que vous pensez et ce que vous faites.

    Expérience :

    Parfois, il arrive dans mes séances que je reçoive plusieurs générations en même temps. Un binôme mère-fille cherchait des solutions efficaces pour sortir de leur conflit qui durait depuis beaucoup trop longtemps. La mère, sans être possessive dans la vie en générale, l’était véritablement et d’une façon pesante avec sa fille majeure et elle-même mère. En étudiant leur génosociogramme, il s’est avéré que les femmes dans la famille étaient des filles abandonnées et plus tard meneuses et castratrices. Ce fait leur était transmis de génération en génération tel un héritage et stratégie de survie. Notre enquête n’était pas une solution en soi, mais elle permettait de voir plus clair quant à leur rapport mère-fille et de faire les choix nécessaires pour leur paix intérieure. Depuis, elles comprennent mieux les langages verbaux et non-verbaux de l’autre. Cela leur permet de se retrouver d’une manière plus sereine et plus régulière. Pour elles, la guérison des générations suivantes est en route.

     

    Promenade philosophique

    « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux. » (M.Proust)

     

    Faites une promenade philosophique pour mieux exprimer votre souffrance et retrouver le chemin de la sérénité. Pour se mettre en route, pour appréhender son corps, l'espace, l'environnement et aussi les autres, la promenade thérapeutique vous propose un outil efficace, subtil et juste. Le contact avec la nature réveille vos sens et vous reconnecte avec la réalité. La promenade vous libère de la névrose qui d'une manière générale vous maintient dans l'illusion et empêche le mouvement positif ; regardez devant et jamais en arrière. Si la voie du divan ne vous convient pas votre âme connait son chemin en se promenant. La promenade philosophique est un accompagnement global de la psyché, du mouvement du corps et de l'énergie de la personne en souffrance ou en difficulté passagère ou répétitive.

    Expérience :

    Lors des promenades, il se passe toujours quelque chose de magique. Le vent se lève pour nous fredonner une chanson. Notre âme comprend les notes et elle nous les retranscrit sous forme d'images. Les odeurs des rues ou de la nature nous ramènent à nos souvenirs vifs. Et les couleurs de l’horizon éveillent les émotions. Quand je marche avec une personne souffrante, elle se sent véritablement accompagnée. Nous avançons réellement ensemble. Sur le chemin, pas besoin de parler, tout se dessine autour de nous. J’indique parfois quelques dimensions à découvrir. Et à l’aide des mouvements des pas, la découverte des mondes possibles s'ancre en elle, tel un heureux destin. La vie n’est plus une imagination névrotique mais une réalité poétique qui s’offre à l’individu avec générosité et courage. C’est ainsi qu’un homme de 65 ans souffrant de ses démons, a pu mettre de l’ordre dans son esprit et relever la tête, en faisant tous les jours un pas de plus tout en arpentant toujours les mêmes rues. Mon accompagnement lors de son début de chemin était primordial pour qu’il sorte de ses circuits névrotiques trop ancrés et pesants. Il continue à marcher mais seul pour pouvoir rester en contact avec son être, ses problématiques, ses souffrances et ses désirs.

  • Parentalité: comment grandir avec nos enfants?

    Chers Parents, bienvenues sur cette page. Je l'ai crée exclusivement pour Vous informer des différentes problématiques psychiques et relationnelles existantes entre vos enfants et Vous, entre vos enfants et le Monde qui les entoure. Je vous propose ici également des lectures intéressantes à propos de la parentalité pour vos connaissances générales, des analyses faites lors de mes visites dans les familles en difficultés pour vous donner des clefs utiles au quotidien et des réponses simples et efficaces à vos questions.

     

    En quelques mots, voilà le tableau:

    Etre parent quelle joie, mais pas facile parfois….

    Vous vous sentez fatigué, débordé, stressé, parfois dépassé par votre enfant ?

    Vous n'arrivez pas à garder votre calme et ça finit dans les cris et les menaces ?

    Vous n'arrivez pas à mettre en place des solutions durables en matière d'éducation ?

    Votre enfant fait régulièrement des crises ? Pleurniche ? Vous parle mal ? Désobéit ?

    Vos enfants se disputent tout le temps ?

    Vous avez du mal à établir une relation sereine avec votre enfant ?

    Vous vous dites que vous n’êtes pas un bon parent ?

     

    Lors des séances, grâce à nos échanges et méthodes adaptées à vos besoins

    et problématiques, vous allez apprendre à :

    Gardez votre calme (le plus gros challenge du parent fatigué et stressé)

    Apprenez à gérer les situations délicates avec bienveillance et fermeté.

    Développez une relation sereine de coopération avec vos enfants.

    Développez le Bien-Être de votre enfant et sa Confiance en lui.

    Consolidez sa motivation interne pour qu'il prenne plaisir à apprendre.

    Prenez confiance en vous en tant que Parent

    Retrouvez l'équilibre et la joie au sein de votre foyer et le plaisir d'éduquer

    Apprenez à votre enfant à se connaître, pour un meilleur avenir d'adulte

     

    Que faire face à notre enfant colérique en 6 actions ?

    Attention à ne pas culpabiliser!

    Pleurs de bébé ou d'enfant, hurlements, caprices et colères noires. Tous les parents connaissent ces moments de crises. Les crises de nerfs de nos petits bouts de chou ne sont pas la preuve d’un manque d’autorité. Nos enfants ont besoin de nous tester pour signifier leur individualité. Courage! Ne nous énervons pas devant eux. Comme ils sont émotionnellement liés à nous, ils se calquent sur notre émotion du moment. Le mieux à faire, c'est de les contenir et les rassurer. Nous les aimons comme ils sont, n'est-ce pas?

    Dites-lui que sa colère n'est pas la solution:

    Dès que sa colère éclate, essayons de comprendre l'origine et le sens de cela pour l'apaiser. Une fois que ses émotions sont verbalisées par nous (êtres de références pour nos enfants), nous pouvons échanger avec lui d'une manière posée. Si la crise perdure n'hésitons pas à prendre du temps et un peu de distance pour laisser notre enfant se calmer seul. L’objectif : lui montrer de façon claire que nous n’approuvons pas ce qui se passe. La crise ne doit pas être synonyme d'une solution. Evitons lui donner des mauvaises habitudes: "Je crise alors, j'obtiens ce que je veux!" Restons cohérents. Nous sommes ses références pour grandir!

    Veillons à ce qu'il ne fasse mal à personne!

    S’il a tendance à retourner sa colère contre les autres, intervenons avant que ça ne dégénère pas, et montrons nous particulièrement contenant et sécurisant, en signifiant à notre enfant que ses émotions négatives ne doivent sous aucun prétexte être une excuse ou un alibi à la violence. Faire du mal, ne résout pas ses problèmes. Il nous apprend à être contenant. Nous lui apprenons à être dans l'amour.

    Validons ses sentiments:

    Il a le droit d’être en colère. La colère est un sentiment qui permet à exprimer une frustration, une impuissance, une douleur. Regardons ensemble avec lui, si par sa colère, il voulait dire d'une manière non-verbale quelque chose qui le contrariait, le bloquait ou lui faisait mal. Il doit apprendre à gérer ses émotions en adéquation avec un sentiment. Plus nous en discuterons avec lui, plus ses émotions seront utilisées à leur juste valeur. Apprenons ensemble, enfants et parents, le discernement de nos émotions. Ainsi, nous grandirons à travers nos langages justes et adéquats.

    Incitons-le à retrouver son calme:

    Demandons lui, dés que possible, à respirer lentement et en profondeur. Nous devons montrer comment faire, si l'enfant est trop jeune. Ainsi, nous allons calmer son système nerveux sympathique (celui qui gère l'action et l'excitation). Une fois, qu'il retrouvait son calme, nous pouvons lui proposer à exprimer sa colère autrement que par les crises. Nous pouvons nous aider avec les jeux, les histoires, les dessins, etc. N'oublions pas que l'esprit agité ne peut générer que des actions agitées, décorrélées et inadéquates. Reprenons notre calme pour agir avec justesse et bienveillance.

    Les crises de colère en public:

    Nous devons faire abstraction des autres, de leur regard, de leur jugement et même de leur conseil. Restons concentrer sur notre enfant, son émotion et sur ce qu'il veut désespérément nous faire comprendre. Restons dans la raison et ne nous calquons pas son émotion. Il est déjà suffisamment envahi avec la sienne et celles des spectateurs. Evitons les menaces et les gestes humiliants. Notre cher petit bambin a assez de soucis à cause de son immaturité psychique et émotionnelle. En rajouter, ne résout pas son problème. Faisons preuve de compassion. Notre attitude sera à la hauteur de notre maturité psychique en tant que parent et adulte responsable. N'oublions pas que nous devenons parent grâce à nos enfants.

     

    Ces conseils ne sont pas des outils magiques qui fonctionnent dés lorsqu'on les imagine. Il faut les mettre en pratique expérimentale et répétitive pour en formuler les meilleures actions au fil du temps. Restons dans la confiance avec nos enfants. Cela est une belle preuve d'amour. Cependant, la confiance ne signifie pas l'abandon de nos valeurs éducatives; celles qui donne du cadre. Nos enfants prennent pour base, les méthodes éducatives que nous leur transmettons (parfois de génération en génération). Plus cette base est solide, sécurisante et aimante, plus nos enfants grandissent dans la confiance en eux-mêmes et en leur environnement. Ils seront les adultes vigilants et non pas les adultes méfiants. Ils seront les adultes confiants et nos pas les adultes déçus. Etc.

  • Tous Thérapeutes

    Chers Lecteurs bienvenues sur cette page. Laissez-vous questionner par les idées contenues dans mon livre qui parle de nous tous. Voici les extraits de la première édition:

    Et si nous étions tous des thérapeutes ?

    Quand nous posons une question, nous le faisons pour obtenir une réponse en jouant le rôle de celui qui ne sait pas. Au fond de nous-mêmes, nous connaissons déjà la réponse. Elle est liée à nos perceptions, croyances, connaissances et expériences. Peut-on dire donc qu’une question contient toujours sa réponse ?

    A travers ce cahier vert, je vous propose quelques concepts et idées clefs qui vous donneront sans doute quelques réponses à la question qui déambule comme une évidence dans notre Monde en éveil de conscience : sommes-nous tous dotés d’un pouvoir de guérison ?

    Cette question à propos de nos possibilités thérapeutiques ne concerne pas que quelques savants diplômés. Elles nous engagent tous sans exception. La pratique thérapeutique est la voie intelligible et saisissable de ce que nous pouvons savoir de nous-mêmes. Plongez-vous dans l’odyssée de votre intérieur et découvrez votre unité individuelle et collective à travers cet écrit ouvert à tous. (4ème couverture)

     

    La vie n’est pas une question de vérité mais une réponse de bon sens. Souvent quand nous franchissons la porte d’un cabinet de thérapeute, nous le faisons parce que nous cherchons une vérité, et si possible la nôtre. Nous voulons savoir quelle est la raison ou la cause de notre mal-être. Souvenons-nous de l’histoire de la Genèse, celle d’Adam et d’Eve au Paradis. Ils cherchent à obtenir la connaissance en délectant le fruit défendu tout en espérant garder la vie éternelle et sans embûche. À vrai dire, nous allons souvent avec cette même intention chez un thérapeute. Nous sommes tentés tout pareil de chercher à obtenir la connaissance. Que voulons-nous connaitre tout juste ? Généralement, nous espérons la bonne réponse à tous nos « pourquoi » : pourquoi nous souffrons tant dans nos relations ; pourquoi nous perpétuons les échecs dans la vie privée ou au sein de la vie professionnelle ; pourquoi nous tombons si souvent malade, etc. Seulement, tant que nous cherchons dans l’arbre de la connaissance « la pomme sacrée », celle qui répond aux « pourquoi », nous n’y trouverons que des fruits sans saveurs ni vitalités. Ce n’est pas une punition que d’y trouver les problématiques dés lors que nous cueillons une connaissance. Cela reflète tout simplement notre degré de conscience. (Introduction)

     

     

    Soi et Moi : Celui qui se désigne patient, en réalité, recherche le « soi », qu’il confond avec le « moi ». Il ne sait pas qui est le « soi », et il sait encore moins, où il se trouve. Durant sa quête thérapeutique, il découvre que le « soi » est protégé et caché par le « moi » et aussi par le « soi » lui-même. C’est la raison pour laquelle, il ne peut pas s’identifier sans difficultés. Alors, il a tendance à se décrire à l’image du « moi », qu’il nourrit et soigne par ignorance et confusion de genre. Il croit se connaître, mais il n’a de lui qu’une image restreinte de sa petite réalité soigneusement montée par le « moi-égo ».

     

     

    Réel: Le Réel est un instant à la fois présent et furtif, et en même temps infini et stable. C’est dans le Réel que tout existe. Pourtant nous avons du mal à le percevoir. Bien souvent, nous ne le comprenons qu’intellectuellement. Et encore, nous avons juste une impression de l’avoir compris après avoir trituré dans son essence et amputé ses détails. Rester dans le Réel, nous demande trop d’effort. Alors, nous préférons nous en souvenir avec les rajouts imaginaires qui nous intéressent et nous le stockons dans la mémoire comme un souvenir. Comme on a du mal à rester dans le Réel ou le « Un », nous le découpons en petites images successives et séquentielles, parfois très détaillées et quelquefois assez grossières. Puis, en cas de besoin, parmi ces morceaux séquentiels, nous n’allons traiter que ceux qui nous conviennent sur le moment.

     

    Incarnation: Notre être est une énergie puissante qui incarne nos corps et esprit à chaque instant de notre vie. Nous pouvons reconnaître ses manifestations par les battements de notre cœur, par les mouvements de notre respiration, par les moments de lucidité et de créativité. Quand notre corps ou notre esprit est en souffrance, c’est que notre ego projette trop d’ombre sur nous-mêmes et bloque ainsi la fluidité de notre vie ; nos battements deviennent irréguliers, notre respiration saccadée, notre esprit se couvre de voile et notre créativité nous abandonne. Notre être fuit la situation et désincarne la matière. Cela amène cette dernière vers l’abime ultime de sa décomposition d’abord partielle puis générale. D’ailleurs, les malades ne savent jamais véritablement expliquer leurs maux ni leur situation. Tout est flou et manque de cohérence fluide. J’évoque ici de la cohérence de vie qui se manifeste par la fluidité. Je ne parle pas de la cohérence raisonnée, trop souvent bloquante et néfaste. 66 Incarnons-nous-en qui nous-sommes véritablement avec la plus grande sincérité possible envers nous-mêmes. Reconnaissons ainsi notre identité individuelle et nos ancrages culturels, collectifs. De cette façon, nous nous guérissons ou plutôt nous grandissons et devenons autonomes chaque jour.

     

    Structure: Reconnaître notre structure demande un temps de réflexion sur nous-mêmes. Nous pouvons nous tromper de structure en confondant son essence avec nos besoins névrotiques. Quand cela nous arrive, nous perdons le but de notre présence (a-bus) et le sens de notre chemin (in-sensé). Il est facile de comprendre que nous ne sommes pas alignés avec notre vraie structure : nous tournons en rond et nous n’arrivons pas évoluer. Alors demandons-nous de temps en temps, si nous vivons des cycles au moment où nous nous interrogeons. Si la réponse est oui, alors nous pouvons considérer que nous tournons en rond comme un poisson rouge dans son bocal. Ce qui est trompeur dans cette situation de « poisson rouge », c’est que nous avons du mal à nous rappeler d’où nous sommes partis, bien que sur le chemin nous puissions avoir quelques flèches informationnelles qui nous laissent un goût de déjà vu ou vécu pendant que nous tournons en rond. Mais nous aimons bien les cycles ; ils nous rassurent et nous maintiennent dans une forme de confort assez supportable pour ne pas en sortir. Pourquoi pas. Après tout, nous n’avons aucune obligation de bien être. Ce n’est qu’une possibilité. Il reste à savoir que la cyclicité n’est pas signe d’évolution vibratoire 72 et structurelle, mais signe de stagnation et de répétition. La structure est notre part du Réel. Pour avancer sur notre chemin d’évolution énergétique et vibratoire en but de vivre une vie heureuse et vertueuse, sans les maladies et les difficultés inutiles, nous avons pour tâche titanesque la meilleure connaissance de nous-mêmes. Pour élever le taux vibratoire en nous, il est indispensable de nourrir notre être. Actuellement, il y a beaucoup de débats autour de la bonne et mauvaise nourriture. Les débats sont souvent orientés sur le sujet de l’alimentation saine et d’une bonne qualité nutritive. Certes, ces points sont importants, mais pour le moment, peu efficaces, même si nous nous en servons consciencieusement. Quelle est la vraie source de cette problématique ? Arrêtons-nous juste un petit instant sur cette question qui en elle contient déjà la réponse. Autrement dit, le problème fondamental de notre mauvaise alimentation est lié à notre source. Quand nous nourrissons notre corps biologique, le faisons-nous vraiment à la demande de notre organisme ? Sommes-nous réellement à l’écoute de nos besoins vitaux, ou sommes-nous soumis à nos désirs névrotiques purement psychiques qui nous poussent à alimenter notre corps physique ? Prenons le temps et faisons un petit tour d’introspection en nous. Devons- nous nourrir le corps et la psyché avec les mêmes aliments ? Dans la mythologie grecque, on raconte que les dieux sont comme les hommes à la différence qu’ils sont immortels et qu’ils se nourrissent du nectar. Ces dieux anthropomorphes sont nos dieux intérieurs avec les caractères types et ils font partie de notre psyché. Par conséquent, il ne faut pas confondre leur demande de nourrissement avec la demande de notre corps physique biologique. La psyché ne se nourrit pas de pain ni de beurre, mais du « nectar ».